Le vieux Nice
Promenade des Anglais
Nice Nord
L'Ouest
L'Est
Le Centre
Cimiez
v
 
CIMIEZ
Le lotissement de Cimiez  Le cimetière de Cimiez

LE CIMETIERE DE CIMIEZ

Ce lieu de mémoire présente un double intérêt du point de vue d’une esthétique de l’architecture funéraire et pour le reflet historique qu’il donne sur la population de la ville depuis le XIXe siècle.  Les guides de cette époque le proposaient d’ailleurs déjà comme lieu à visiter. C’est un des plus anciens de Nice, datant du tout début du XIXème après que les autorités aient interdit l’inhumation dans les églises. La fosse commune qui occupait l’espace central a disparu pour laisser la place à des tombes, souvent celles de la bourgeoisie et de l’aristocratie niçoises et étrangères.
Pour illustrer le premier intérêt on peut signaler le gisant de la famille Caravadossi d’Aspremont, œuvre du sculpteur Tarnowski. (Il est également l’auteur du monument aux morts placé à l’extérieur du cimetière). La variété des matériaux et des styles (néogothique, néoclassique…) des monuments est à l’image de l’éclectisme qui s’épanouit au même moment dans la ville. On y trouve aussi « une galerie gênoise » datant des années 1870.
Pour illustrer le second intérêt, on remarque la présence de ressortissants de nombreux pays étrangers, hivernants qui avaient élus Nice comme lieu privilégié de leur villégiature. Parmi les célébrités, on retrouve des représentants des élites locales dont des maires de la ville (François Malausséna, Jules Gilly, le général Goiran) mais aussi des représentants des élites nationales comme Raoul Dufy, Roger Martin du Gard ou, un peu à l’écart, Henri Matisse.